vincentbinant.wordpress.com

Apparition d'une tâche d'encre sur le cannard...


Entre nous, sincèrement c'est tout de même ce que peuvent parfois me dire les abonnés du COIN-COIN* qui m'a convaincu de créer ce blog! Oui j'ai l'immense joie (?!) de travailler dans

le call-center du COIN-COIN*.


...Ce qui permet accessoirement de payer mon modeste, quoi que horriblement cher, 17m² parisien.

Les histoires du COIN-COIN* étant trop peu nombreuses (bien que... il y aurait à dire - si si! - ), "Une tâche d'encre dans le canard" accueillera aussi d'autres billets décomplexés (au choix) :

-Paris au détour de quelques photos.
-Tergiversations musicales.
-Vie étudiante du Canard masqué.
-Prises de tête journalistiques.

Point à la ligne,
Bla Bla Bla ...


De la part du Canard Masqué et de moi-même: Bonne flânerie sur l'internet !


-------------------------------------------------------------
* Un indice pour le mot masqué COIN-COIN: en tout cas ce n'est pas le Canard enchainé (M'enfin non! Ca serait trop simple.)



mardi 14 septembre 2010

mardi 20 juillet 2010

"Catalonia is not spain"?

Je regardais Enquête exclusive il y a quelques jours, oui je succombe au marketing 2.0 de la chaîne de télévision M6 qui n’a pas trop raté le coche des nouveaux médias avec notamment M6replay.fr (Arte.tv a d’ailleurs grandement rattrapé son retard)…

Donc Enquête exclusive disais-je. Un reportage sur l’Espagne :
"Fiesta, Cocaïne et pickpockets : fièvre à Barcelone"
Le sujet de l’indépendantisme catalan n’apparait pas dans le nom de l'émission (l’équipe de prod' a du se dire que ça attirerait moins la ménagère de moins de cinquante ans que les messages fiesta, cocaïne, fièvre à Barcelone) pourtant tout le long du reportage les journalistes y consacrent un sujet.
























Les indépendantistes revendiquant la création de l’Etat Catalan au sein de l’Union Européenne ne sont encore qu’une minorité mais, à force d’opérations coup de point et de hauts dignitaires pro catalan, ils réussissent à imposer de plus en plus de leurs idées.


La Catalogne a déjà un statut un peu particulier puisqu’elle est reconnue, au sein de l’Etat espagnole, comme une communauté autonome et historique. La Constitution espagnole parle de « réalité nationale ».

Une illustration assez édifiante à la faveur d’une banale figure de style : la comparaison (un des noms les plus ingrats qui puisse être donné à une figure de style) faite par une maman espagnole venu s’installer à Barcelone avec sa petite fille :
«Je suppose que dans aucune région de France on interdit d’apprendre le français à l’école.
Ici c’est ce qui se passe pour l’espagnol. » Ou castillan, la langue officielle du pays a contrario du catalan.


Ça laisse quelque peu perplexe en y réfléchissant bien. Il se passe quoi en France si une région (bon d'accord içi la région ne gère que les lycées, mais imaginons.) impose son dialecte dans toutes les écoles de son ressort et qu’elle place le français au rang de simple « langue étrangère »? Langue étrangère ne constituant donc plus qu’une option pour les petits écoliers français.

Un extrait de la Constitution espagnole:

« Article 2
La Constitution est fondée sur l'unité indissoluble de la Nation espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols. Elle reconnaît et garantit le droit à l'autonomie des nationalités et des régions qui la composent et la solidarité entre elles.
Article 3
1. Le castillan est la langue espagnole officielle de l'État. Tous les Espagnols ont le devoir de le connaître et le droit de l'utiliser. 2. Les autres langues espagnoles seront également officielles dans leurs communautés autonomes respectives conformément à leurs statuts. 3. La richesse des différentes modalités linguistiques de l'Espagne est un patrimoine culturel qui fera l'objet d'un respect et d'une protection spéciale. »


Le 28 juin dernier le tribunal constitutionnel espagnol semble avoir mis, pour un temps, le holà. Il a déclaré comme anticonstitutionnelles certaines mentions du statut d’autonomie voté en 2006:
L’inscription du concept de « nation catalane » dans le statut d'autonomie, tout en lui reconnaissant une valeur historique et culturelle.
La définition du catalan comme langue ayant un caractère préférentiel sur l’espagnol, tout en acceptant son caractère obligatoire dans l'enseignement.


Suite à cette décision, une marche de protestation a réuni près d'un million de personnes le 10 juillet dernier dans les rues de Barcelone.

lundi 19 juillet 2010

"Bling Bling Bling" fait le président quand il se casse la figure






Le péché originel du président

"
Eclaboussé par le scandale Bettencourt, Nicolas Sarkozy ne fait que récolter ce qu’il a semé. Tous les éléments de l’affaire étaient en germe dans la fameuse fête du Fouquet’s."



"Sa première erreur remonte probablement au soir de son triomphe. En mai 2007, Nicolas Sarkozy choisit de fêter sa victoire à l’élection présidentielle au Fouquet’s, sur les Champs-Elysées. Pendant que, sous une coupole dorée, les politiciens, les industriels et les stars du show-biz le courtisent, la masse de ses partisans reste à la porte. Les Français ont alors l’impression d’avoir élu un parvenu à la tête de l’Etat, et se mettent à parler de “président bling-bling”. L’étiquette est restée. Et si Sarkozy est aujourd’hui entraîné dans un tourbillon d’affaires, il s’agit de la tragédie d’un homme qui voulait remettre la France sur le droit chemin mais qui a été trahi par lui-même. “Je veux que vous ayez une confiance totale dans vos élus, dans votre démocratie, car c’est la force des grandes nations”, soulignait-il juste avant son élection. Trois ans plus tard, les sondages montrent que les deux tiers des Français ne lui font plus confiance et considèrent les hommes politiques comme “plutôt corrompus”. La “rupture” tant promise d’avec les castes et les privilèges de la Ve République n’a jamais été menée à son terme – bien au contraire, des secrétaires d’Etat [Christian Blanc et Alain Joyandet] ont démissionné pour des histoires de cigares et de jets privés. Sarkozy lui-même est soupçonné – mais rien n’est prouvé pour le moment – d’avoir illégalement financé sa campagne en acceptant les largesses de la multimilliardaire Liliane Bettencourt. Celui qui voulait bousculer les choses se fait à son tour bousculer.

C’est triste pour Sarkozy et dommage pour la France. Le pays aurait eu besoin d’un réformateur courageux qui transforme la République des élites en un Etat au service de ses citoyens. Le président n’a pas réussi cette révolution. Il doit se demander pourquoi. La première réponse tient à lui-même. Sarkozy prêchait des vertus dignes de la Rome antique, comme la transparence, la modestie et le sens de l’intérêt général. Or il s’est comporté comme une créature hybride, un mélange de Roi-Soleil et de Johnny Hallyday. Le président se mêle de tout – de la durée des pauses publicitaires à la télévision au nettoyage de l’équipe nationale de football –, tout en alimentant la presse people avec ses vacances sur un yacht et ses minauderies avec Carla Bruni. Certes, il donne depuis peu une image plus sobre de lui-même, mais personne n’y croit.

Deuxièmement, Sarkozy a voulu trop en faire. Au lieu de se concentrer sur des questions importantes, comme la réforme des retraites et la révision de la Constitution, il s’est aussi attaqué à l’éducation, aux médias, à la justice, à la fiscalité et au marché du travail, sans oublier l’Europe et l’économie mondiale. C’était trop, même pour cet Hercule. Aujourd’hui, il doit réduire la voilure, renoncer, et cela le fait paraître plus faible qu’il n’est.

Le président ne peut pas grand-chose à la troisième cause de son échec : la crise financière. Celle-ci l’entrave autant que ses homologues étrangers. Il a cependant fait naître des attentes si grandes que, pour les Français, la déception est immense. Elle est en tout cas plus importante que pour les Allemands, qui n’attendaient pas de miracles de la coalition libérale-conservatrice d’Angela Merkel.


La quatrième réponse tient au régime. La France est loin de satisfaire ses ambitions d’égalité. Les réseaux, comme ceux que Sarkozy entretenaient à l’époque où il était maire de Neuilly, sont au moins aussi importants que le mérite individuel. De plus, les “grandes écoles” produisent une élite qui se considère très tôt comme destinée aux plus hautes fonctions. Ces “élus” constituent des réseaux solides à l’exclusion de tous les autres. Sarkozy, fils d’immigré, aurait pu contrecarrer ce système. Mais il s’est employé avec gourmandise, voire avidité, à appartenir à cette oligarchie. Les affaires actuelles montrent à quel point l’élite considère ses privilèges comme allant de soi. Prenons pour exemple Eric Woerth. Ce ministre est déterminé, professionnel, travailleur, modeste – le type d’homme dont rêve tout chef de gouvernement. Et voilà que les Français apprennent qu’en tant que trésorier du parti au pouvoir il aurait reçu de Mme Bettencourt des dons en liquide ; qu’en tant que ministre du Budget [entre 2007 et 2010] il avait sous sa responsabilité les impôts de la milliardaire, le tout alors que son épouse gérait la fortune de l’héritière de L’Oréal. Bien entendu, il faut partir du principe que tout s’est passé dans les règles, mais pourquoi Woerth s’est-il de lui-même exposé à de tels conflits d’intérêts ? Peut-être parce qu’il appartient à une élite qui ne se remet jamais en question.

Nicolas Sarkozy [qui s’est exprimé le 12 juillet, en direct sur France 2] a encore le temps de tirer les conclusions de toute cette affaire. Il pourrait remanier son gouvernement et constituer une équipe plus restreinte, plus efficace. Il pourrait promettre aux Français du sang, de la sueur et des larmes. Il faudrait alors qu’il explique les réformes qu’il entend faire passer. Il pourrait promettre, au nom de son gouvernement, de renoncer aux cigares de fonction, aux avions privés, aux dons douteux et à tout le bling-bling. Mais les Français ne lui pardonneront vraiment sa fête au Fouquet’s que s’il parvient à transformer cette caste d’aristocrates républicains en véritables serviteurs de l’Etat."

de Süddeutsche Zeitung (Munich) Stefan Ulrich
Courrier international n°1028

samedi 17 juillet 2010

Ah cette chère "République"de Cuba!








L'opération cosmétique de Cuba


" «Ces nouvelles libérations ne sont pas synonymes d’amélioration pour la population cubaine», affirme le professeur et écrivain cubain en exil Jacobo Machover. Ce dissident se bat depuis la France aux côtés de ces «compagnons de luttes» emprisonnés dans les geôles castristes depuis plus de sept ans. La libération effective et l'expulsion vers l'Espagne, au total, de 11 prisonniers politiques cubains et de leur famille est une «bonne nouvelle». Néanmoins, ces prisonniers servent «de monnaie d'échange à la dictature cubaine», et cela permet à Castro de faire un peu moins mauvaise figure au niveau international alors même que l'Union européenne augmente la pression.

Le régime mène depuis cinquante et un an la guerre contre ce qu'il appelle «l'ennemi intérieur», justifiant ainsi la répression et les arrestations arbitraires. En 2003 un nouveau durcissement du régime avait entraîné l'arrestation de 75 journalistes et activistes des droits de l'homme condamnés à des peines allant de six à vingt-huit ans de prison. Ce sont certains d'entre eux qui sont libérés ou devraient l'être ces prochains mois. Il est pourtant encore trop tôt pour savoir si cela annonce un assouplissement ou s'il s'agit d'une simple mesure de façade. Selon un récent rapport de l'ONG Human Rights Watch, Raúl continue en effet la même politique répressive instaurée par son frère aîné, Fidel. Ainsi, le décret 217 limite, entre autres, la circulation des journalistes et des militants des droits de l'homme. Il y aurait encore plusieurs centaines de détenus politiques, qui ont été arrêtés en tant que tel, ou sous des inculpations de droit commun. Les dissidents attirent depuis peu l'attention de la communauté internationale, notamment avec les grèves de la faim de Guillermo fariñas ou d'Orlando Zapata (décédé en février dans les geôles cubaines).

«Il n'est plus possible pour ce gouvernement de laisser mourir des gens en prison, car l'image renvoyée au monde est trop dévastatrice», observe Jacobo Machover soulignant que «le régime cubain se trouve à un moment charnière ce qui ne veut pas dire qu'il va basculer mais il est affaibli et la dissidence se trouve renforcée». Contraint de lacher du lest, Raúl Castro a choisi comme interlocuteur l'Église catholique. Pour la première fois depuis l'instauration du régime, elle est ainsi entrée en lice avec une intervention de l'archevêque de La Havane, Monseigneur Jaime Ortega. «[L'Église] était plus un porte-parole de la cause des prisonniers qu'un médiateur»k,explique Jacobo Machover. Le régime est en difficulté et contraint de faire des concessions. Pour ce dissident cubain en exil, «c'est maintenant qu'il faut accentuer la pression».


Libération n°9075

A lire : Octavo cerco Blog d'une jeune cubaine de vingt six ans qui écrit depuis La Havane

jeudi 15 juillet 2010

Quelques notes de musique




Samesoul

"En 2009, Florian (clavier), Nicolas (basse) et Paul (batterie) décident de former un groupe aux tendances fusion jazz-funk. Un début de répertoire est d'ores et déjà praticable mais celui-ci manque d'être complété par d'autres couleurs musicales. Peu de temps après, dans les studios de la Luna rossa à Paris, nos trois musiciens vont faire la rencontre de Cécile (lead vocal, saxophone) et Coraline (guitare, 2e voix). C'est la voix aux allures Soul de Cécile et le jeu Rock de Coraline qui vont apporter les couleurs tant attendues et la trompette de Franck (trompette, chœurs) qui quittera le groupe en mai 2010. Fabien Magnin un jeune saxophoniste de 15 ans, arrivera en dernier pour compléter l'effectif de cuivres. Pendant quelques temps, les personnalités vont tester leurs limites et apprendre à se connaître. Rapidement, le groupe se voit doté d'une grande force d'écriture et d'arrangement tant au niveau musical qu'au niveau textuel. Autant de compétences misent à profit autour d'autant d'influences: de la salsa au rock alternatif en passant par le reggae et le free jazz. Dans cette diversité, le style de fond se démarque très largement sur une assise soul funk. Devant sa polyvalence et son adaptabilité, le groupe va très vite comprendre que les possibilités sont grandes. Après avoir passé un long moment à discuter sur le nom du groupe, Samesoul est né un soir de Janvier 2010."








New York Ska Jazz Ensemble
- Take five

Quel amateur de Jazz ne connaît pas Take five ?

Composé par le saxophoniste Paul Desmond en 1959, ce morceau, par sa singularité rythmique lors de sa sortie, devient un standard du Jazz. Il sera repris par de grands noms à l’instar de Miles Davis, George Benson ou encore Quincy Jones.

Le groupe New York Jazz Ensemble en propose une version aux influences Ska.








Léo Uberti et Pierre Danel - La marche gitane

Pourquoi ne pas mêler classique et Jazz manouche ?

Vous aurez peut être reconnu la sonate pour piano n°11 de Mozart, plus communément appelée la marche turque. Ces deux jeunes guitaristes en proposent une toute autre version rendent au passage un bel hommage aux accords de Django Reinhardt que l’on présente comme le père du Gypsy Jazz.








Teddy Campbell

Le batteur est bien souvent discret dans les formations musicales et pourtant la batterie n’en reste pas moins un instrument essentiel (et encombrant, certes, j’ai testé !) que l’on trouve présent dans un grand nombre de genres musicaux puisque c’est lui qui donne le rythme.

La technique de Teddy Campbell est déconcertante tellement cela semble simple quand il tape à toute allure sur ses fûts et cymbales !

Mais allez ! Poussez votre progéniture à faire de la batterie ! En plus ca permet de se défouler un peu.









Yumeduo
- Metal Gear Solid 2 ~ Main Theme (compositeur originale : Harry Gregson-Williams)

Un piano… un violon…

Et de magnifiques reprises de grandes musiques de jeux vidéo et de films d’animation japonais.








Edvin Marton
- Tosca Fantasy

Pour les amateurs de violon (les puristes peuvent en revanche passer leur chemin) Edvin Marton mélange avec virtuosité classique et modernité jusqu’à nous donner le vertige avec son Stradivarius (datant de 1698 s’il vous plait).

Il gagne encore en notoriété à l’occasion des Jeux Olympiques de Turin en 2006 lors desquels il se produit au côté du patineur artistique russe Evgeni Plushenko.



dimanche 11 juillet 2010

Le guide de survie du chargé de clientèle parfait


Après plus de deux ans de bons et loyaux services au service abonnement du COIN-COIN, vous commencez à peu près à savoir gérer les appels des abonnés et prenez grandement confiance en vous, apprenant à ne pas bégayer face au courroux de certains de vos interlocuteurs.


PREMIER POINT (Et il est essentiel!) : L’apprentissage du self control

Apprentissage très long et semé d’embûches (bien évidemment, dans le cas présent le Petit Poucet c’est l’abonné, qui aime à tester nos limites). En toutes occasions, le mot d'ordre est de garder son calme.
-L'abonné ne comprend pas quelque chose?
Vous persistez, et pour la quatrième fois vous changer vos mots, vous allez vaincre même s’il faut dépasser outrageusement le temps de com' moyen (environ deux minutes trente) ou crier dans le call car un petit papi (adorable soit dit en passant) est quelque peu dur de la feuille.
-L'abonné devient désagréable ?
Vous laissez couler, restez stoïque et placide. Toujours avoir conscience que ce n’est pas après vous qu’il en a (normalement...). Le plus efficace est encore de se mettre à la place de l’abonné, bref travailler son empathie afin d’éviter de lui répondre sur le même ton agressif. Répondre aux attaques de l’abonné ne ferait qu’accroître sa colère.
-L’abonné vous insulte ?
Cela reste occasionnel, mais régulièrement certains abonnés peinent à se maîtriser et déversent toute leur verve haineuse à l’occasion d’un coup de fil. C’est ainsi qu’une personne se croit autoriser à être injurieuse sous prétexte qu’elle paye un service que la société n’est pas capable d’assurer (et encore… l’élément déclencheur est parfois d’une futilité déconcertante).
Devenir grossier n’arrange rien, au contraire vous pourriez avoir la mauvaise surprise de tomber sur un chargé de clientèle indélicat qui, froissé et quelque peu rancunier, ne touchera même pas à votre dossier.
Dans ce cas là la meilleure solution est encore de mettre poliment et calmement fin à la conversation en souhaitant une "excellente journée" de la voix la plus enjouée possible.

DEUXIÈME POINT (Le Saint Graal…la quête de tout bon chargé de clientèle, du moins celle du Canard Masqué) : Savoir calmer un abonné à deux doigts de faire un infarctus

Même avec beaucoup de pratique c’est toujours une épreuve et cela n’est pas chose aisée.
Il m’est déjà arrivée de devoir poser mon casque sur le bureau afin de préserver mes tympans des attaques verbales dépassant le nombre de décibels recommandé. De plus, autant laisser l'abonné se défouler et s'égosiller tout seul dans le vide (certains savent très bien le faire et pourraient presque faire rougir Cyrano et ses longs monologues.. mais toute comparaison s'arrête bien évidemment là!)
Je n’arrive toujours pas à comprendre comment on peut en arriver jusqu’à crier dans un combiné téléphonique de façon irraisonnée… Ça me dépasse quelque peu, je l’avoue.


Bien évidemment, tout cela reste de la théorie. La mise en pratique peut se révéler plus ardue, tout bonnement parce que le chargé de clientèle à aussi une vie, des préoccupations personnelles et qu'il peut (oui il a le droit) saturer par moment. Donc il est potentiellement envisageable qu'il s'emporte lui aussi s'il se fait insulter. Tous les chargés de clientèle n'ont pas le même degré de patience, cela va sans dire...

samedi 10 juillet 2010

C'est officiel...l'été est définitivement arrivé !

Ça faisait quelques semaines qu'on s'entendait râler, se demandant pourquoi la fin du mois de Juin ressemblait plus à un voyage en Irlande qu'aux prémices d'un été ensoleillé.

Alors sans se plaindre (...mais juste un peu quand même, on reste français) le Canard Masqué fait un petit état des lieux:

Ma boîte parisienne de 17m² est devenu un véritable sauna depuis le début de la semaine, environ 32°C ...
J'ai beau fermer, ouvrir les fenêtres, faire des courants d'air, fermer les rideaux, les stores, allumer le super ventilateur acheté sur ventes privées (encore une dépense inutile!) rien n'y fait, il ne fallait pas choisir un minuscule appartement sous les toits parisiens (en fait j'émets un doute important sur le bon usage du verbe choisir dans le cas présent. Oui! en même temps ce n'est pas comme si j'avais eu le choix entre ça et un 40m² Porte Maillot, ou un deux pièces donnant sur une petite cours arborée dans le quartier du Luxembourg).
Anyway...

Niveau température rien de beaucoup plus réjouissant au COIN-COIN.
Comment expliquer la chose?
Prenez une pièce de 50m², rajoutez y une bonne trentaine d'ordinateurs, en fin de vie, qui tournent vingt quatre heure sur vingt quatre (je déforme la réalité... ça m'arrive parfois d'éteindre le mien un ou deux week ends complets dans l'année ou tout bonnement de le redémarrer de façon peu conventionnelle parce qu'il ne réagit plus). En plus de cela, une équipe d'une bonne trentaine de personne dans un nouveau mais néanmoins mal isolé bâtiment parisien au milieu de la capitale, à République.

Vous l'aurez deviné on se croirait moins dans un rayon Picard qu'en train de faire une traversé du désert avec nos casques vissés sur la tête...
L'air est étouffant dans le call center, enfin l'air... il n'y a pas d'air, c'est bien ça le problème.
Depuis quelques jours de merveilleux petits ventilateurs blancs ont poussé un peu partout sur le plateau. A dire vrai, de là où je suis je peine à en percevoir l'utilité... mais je dois être mal placée!

Quoi qu'il en soit depuis que le mercure ne se sent plus, le matériel du COIN COIN non plus.
Coupures informatiques soudaines, écran noir alors que vous êtes en pleines conversations avec un client, et quelques minutes plus tard c'est le client que vous perdez...
Pour ne rien arranger c'est le mois de juillet, le pire des mois au COIN-COIN... Le grand rush !! Des centaines de courriers qui arrivent chaque jour pour suspendre ou transférer l'abonnement en vacances et qui s'empilent (qui veut faire des heures supplémentaires?), des attentes au téléphone à n'en plus finir dès huit heure, plus de deux milles appels certains jours de la semaine...
Le point positif dans tout ça ? (toujours positiver!) Ca fleure bon les congés, il fait beau, il fait chaud en conséquence les abonnés sont plus détendus et le nombre de réclamations est en baisse pour notre plus grand bonheur.

Bref je tiens à dire que j'adore le mois de juillet

vendredi 9 juillet 2010

L'art Urbain I

Qui a dit qu'il était nécessaire d'aller dans un musée pour voir s'exprimer l'art sous toutes ses formes?




Voici quelques clichés pris au détour des rues du XVIIIème arrondissement, vers Montmartre.


























Sur un mur, un visage... souriant malgrè la perte de son nez ! Je sais qu'il y en a un autre rue des francs bourgeois dans le IVème arrondissement mais je n'ai pas eu l'occasion de le prendre en photo.














































Deux portraits réalisés par Pitr, l'un se trouvant rue Gabrielle et le second rue d'Orsel.

























Rue Gabrielle

















Laissons l'art s'exprimer...







































































Quelques rues séparent ces deux personnages, ils sont signés du même pseudonyme: Evazé Nrc.
Le premier tag est récent à en lire le petit mot aposé, non sans humour, par l'artiste " Gripa m'a contaminé".




















Rue d'Orsel.
Comment dire ... cette photo c'est un clin d'oeil à un ami qui possède un Tee-Shirt "Le rap est mort"
Il était impossible de ne pas faire le rapprochement!


Et pour finir quelques photos de space invaders trouvaient ça et là dans le IXème et le XVIIIème.
En marchant le nez en l'air, en quête de ces petits monstres semés un peu partout dans le monde par un artiste street français, il est possible d'en apercevoir un peu partout dans Paris.


















Rue d'Orsel



mercredi 2 juin 2010

Petite pause....

Le canard masqué revient en juillet

dimanche 30 mai 2010

Ah l'humour anglais !







"In the Loop" : Les dessous risibles de la guerre en Irak

"Comme on s'en souvient peut-être, le Royaume-Uni s'est rangé aux côtés des Etats-Unis lors de l'intervention américaine en Irak. Il n'y a pas de quoi rire, et pourtant le processus qui a mené à cette décision fournit, six ans plus tard, la matière d'une excellente comédie politique. L'Irak n'est jamais mentionné tout au long d'In the Loop, mais on voit très bien de quoi il retourne.

Simon Foster (Tom Hollander), jeune et pas très brillant secrétaire d'Etat au développement international, s'écarte légèrement de la ligne du gouvernement de Sa Majesté en déclarant à une meute de journalistes qui font le trottoir que la guerre est "imprévisible". Il s'attire ainsi les foudres du redoutable Malcom Tucker (Peter Capaldi), responsable de la communication gouvernementale. Inspiré d'Alastair Campbell, qui occupa ces fonctions auprès de Tony Blair, Tucker est écossais comme son modèle et d'une grossièreté à faire rougir Joey Starr. L'un des plaisirs qu'offre In the Loop consiste à l'écouter égrener des chapelets d'insanités d'une immense invention verbale. C'est un cours d'anglais comme vous en prendrez rarement.

L'autre plaisir vient d'une vision assez limitée mais réjouissante de la vie des grands qui nous gouvernent. Loin des visions paranoïaques américaines, Armando Iannucci préfère expliquer les événements qui viennent de façonner notre planète par la lâcheté et l'incompétence des puissants et de ceux qui aimeraient l'être.

Simon Foster est ainsi envoyé à Washington, une mission prestigieuse qu'on lui confie en échange de sa promesse de se tenir à carreau. Accompagné par son chargé de communication à lui tout seul (Chris Addison), un grand dadais que l'on croit un instant un peu moins faillible que ses supérieurs, avant de déchanter en riant, le jeune secrétaire d'Etat se conduit comme n'importe quel cadre moyen à qui l'on offre deux nuitées dans un hôtel quatre étoiles.


Défaite de la vérité

Cette excursion diplomatique permet au réalisateur d'employer quelques acteurs américains parmi lesquels James Gandolfini, qui tient le rôle d'un général opposé à la guerre. Il faut dire qu'Armando Iannucci a rodé sa méthode à la télévision, ce qui explique sans doute qu'il ait tenu à la présence de la star des "Soprano", qui tient avec superbe le contre-emploi qui lui est proposé (enfin, son personnage est pacifique, mais pas au point de ne pas menacer de mort un opposant).

In the Loop (qui peut se traduire par "dans le circuit") procède d'une série diffusée par la BBC, In the Thick of It ("en pleine tempête"), réalisée par Iannucci et interprétée par une partie de la distribution du long métrage. Le feuilleton était déjà filmé par une caméra portée qui zoome de façon inopportune sous le nez des personnages. Cette façon de faire, assez répandue de nos jours, vient elle-même d'une autre série télévisée, The Office, version britannique. La série de Ricky Gervais est à cette décennie ce que Monty Python fut aux années 1970, un prototype humoristique qui a changé la fiction comique des deux côtés de l'Atlantique.

Pourtant In the Loop n'est pas un gros épisode télévisé. Au lieu de chroniquer au jour le jour les petits malheurs d'un cabinet ministériel comme il le faisait sur le petit écran, Armando Iannucci et ses scénaristes (qui travaillaient aussi sur la série) ont construit un récit dramatique, qui se clôt, comme dans la réalité, sur la défaite de la vérité. Les opposants à l'invasion de l'Irak, qui ont sûrement gardé le souvenir de leur impuissance, trouveront une consolation plaisante dans l'exposition impitoyable de la médiocrité des va-t-en-guerre."


Le Monde.fr 17 novembre 2009




Malheureusement, impossible de trouver In the loop en version originale sous titrée. Il faut absolument le voir en anglais sinon ça achève un certain nombre de blagues et surtout, ça nous prive de la variété du vocabulaire anglo-saxon, magnifiquement mise en scène lors des longues tirades insultantes de Malcom.

In the loop en Version française

In the loop en Version originale

samedi 29 mai 2010

Little Boxes




Un standard folk de 1962 remis au goût du jour grâce à la série Weeds...


Weeds qui débarque sur les écrans américains en août 2005 et traverse l'Atlantique pour se retrouver dans nos salons un an après! C'est Canal+ qui fait le pari de diffuser cette nouvelle série américaine audacieuse et impertinente...
En 2008 les chaînes de télévision françaises non cryptées ne semblent pas prêtes à accueillir Weeds
:
TF1: « Weeds est une série qui traite d'un sujet peu commun. Si jamais nous la diffusons, ce sera en deuxième ou troisième partie de soirée, mais pour le moment ce n'est pas à l'ordre du jour. »
France Télévision: « Weeds n'a pas été achetée par France Télévision, et nous ne comptons pas le faire. Toutefois, Weeds n'est pas une série comme les autres. »
M6: « Nous n'avons pas acheté la série pour le moment, Weeds est l'un des succès de l'année aux États-Unis et nous y pensons. Quand la diffuser : là est la question, car la série traite d'un sujet assez choc en France. »
Après un an d'attente, l'épisode 1 de la saison 6 devrait être diffusé le 16 août 2010 sur Showtime.


L'histoire?
"Confrontée à des difficultés financières à la suite du décès de son mari causé par une crise cardiaque, une mère au foyer, Nancy Botwin, entreprend de vendre du cannabis à ses voisins. Mais dans la petite ville d'Agrestic, banlieue californienne fictive et bourgeoise où elle vit, les apparences et le conformisme prévalent. Elle essaie tant bien que mal de s'en sortir, mais tout ne va pas pour le mieux, tant dans ses « affaires » que dans sa vie familiale avec ses deux fils, qui ne sont au départ pas au courant de la nouvelle activité de leur mère."

Relativement réaliste, singulière et hilarante, Weeds est une série anti-conformiste.
Suivant les aventures (et c'est un euphémisme) de cette famille atypique, la série évolue et nous emmène au delà du territoire d'Agrestic dès la saison quatre qui lui donne un ton plus grave.
Pour ma part je trouve que plus les saisons avancent plus la série devient intéressante, on pourrait même ne pas regarder la saison une. Mais bon, comme elle est aussi une sorte d'introduction à la série, afin de "planter le décors", il est mal aisé de l'éviter.
A noter, le jeu de Mary-Louise Parker interprétant à la perfection le personnage de Nancy Botwin.

Pour en revenir à nos petites boites:
Tout au long de la première saison c'est Malvina Reynolds qui interprète cette chanson.
Originalité, Little Boxes est reprise lors de la saison 2 et 3 à chaque épisode par un artiste différent imposant son style (The Shins,
Linkin Park, Pete Seeger, , Elvis Costello, The Submarines....lors de l'épisode 4 de la saison 2 elle est même interprétée par les Soeurs McGarrigl en Français.)

Cette chanson parodie joyeusement le développement des banlieues, qui ont émergées aux Etats-Unis après guerre.

Uniformité, perte d'identité, cette rengaine dépeint des familles heureuses en apparence parfaites, dans un petit univers rangé...


C'est notamment William Jaird Levitt qui a l'idée de développer les "Garden Community" où s'alignent ces petites boîtes toutes pareilles ("Little boxes all the same") ou plutôt ces petites maisons, peu coûteuses car standardisées.
Une nouvelle vision du rêve américain: un bout de pelouse, une petite maison à quelques dizaines de kilomètres de New York, c'est Levittown.


Little boxes on the hillside,
Little boxes made of ticky tacky
Little boxes on the hillside,
Little boxes all the same,
Theres a pink one & a green one
And a blue one & a yellow one
And they are all made out of ticky tacky
And they all look just the same.

And the people in the houses
All went to the university
Where they were put in boxes
And they came out all the same
And theres doctors & lawyers
And business executives
And they are all made out of ticky tacky
And they all look just the same.

And they all play on the golf course
And drink their martinis dry
And they all have pretty children
And the children go to school,
And the children go to summer camp
And then to the university
Where they´re put in boxes
And they come out all the same.

And the boys go into business
And marry & raise a family
In boxes made of ticky tacky
And they all look just the same,
Theres a pink one & a green one
And a blue one & a yellow one
And they are all made out of ticky tacky
And they all look just the same.



Pour le plaisir, la version d'Engelbert Humperdinck (saison 2 épisode 3)



source: Libération.fr (une vidéo sur Levittown !) , Wikipedia


lundi 17 mai 2010

Coup de projecteur !



Chaque année, en même temps que le Festival de Cannes, les professionnels de la publicité se réunissent pour les "Lions d'or"
qui récompensent les meilleurs créations publicitaires du monde.

Pour l'occasion le Festival s'associe à Youtube pour un grand concours vidéo baptisé le 48 Hours Ad Contest. L'objectif? Créer un spot pour une campagne caritative en seulement 48h!


Projecteur sur la vidéo proposé par Gauthier qui tient le blog Bruit de Trottoir (blog décalé sur le bas-côté) :

SABLES EMOUVANTS
Réalisé pour Water Aids, une association qui milite pour l'accès à l'eau et à l'hygiène pour tous.



Je vous conseille de cliquer deux fois dessus et d'aller la voir sur Youtube.




source : minutebuzz.com

samedi 15 mai 2010

Portraits d'abonnés I


« Téléopératrice polyvalente » ... c'est ce qui est inscrit sur ma fiche de paie.

Quoiqu’il en soit être téléopératrice (vous aurez remarqué le "polyvalente", s'il vous plait.) ça peut-être quelque peu laborieux. Un exemple ; une matinée type début juillet quand tous les abonnés appellent parce qu’ils partent en vacances et qu’il faut suspendre l’abonnement, voire faire arriver le COIN-COIN dans la résidence secondaire de la Baule.
Résultat en cinq heure de temps vous avez pris cent trente appels sans vous arrêter, en répétant encore et encore le script défini par la société.

Tout le monde l’a compris… pas très stimulant tout ça.

Mais, il y a un mais, les abonnés sont là pour nous aider à faire passer le temps et heureusement. Régulièrement des appels sortent un peu du lot.

****


C’était l’un de mes tout premiers appels seule (j'entends sans collègue pour m'écouter, m'aider ou tout bonnement reprendre la conversation.)
Je crois me souvenir que cet abonné était coiffeur. Pendant au moins douze minutes (c’est énorme dans un call-center douze minutes ! ) il m’a raconté n’importe quoi, après m'avoir demandé de réexpédier plusieurs magazines pour son salon! La conversation reste flou (ça date...) mais à un moment il commence à rentrer dans un délire bizarre: « vous savez les Pokémons ! Ce n’est peut-être pas de votre génération ? C'est P***** de Pokémon! » Euh… ? [help]

Le stressé
Huit heure quarante, vous êtes bien, vous maîtrisez à peu près le flux d’appels et vous tombez sur le personnage stressé. Et qui petit à petit va vous transmettre son stress, bien évidemment. Il parle à une rapidité folle, il est presque essoufflé à chaque bout de phrase, vous sentez que c’est le moment de taire le passage sur la vérification des coordonnées !
Le pire, mais il est très rare, c’est l’abonné qui a osé prendre le téléphone pour vous appeler, qui s’en excuse presque, essayant tant bien que mal, en bégayant, de vous expliquer ce qui lui arrive… Il réussit presque à me contaminer celui-ci...

Deux mails récents qui m’ont marqués
« Envoyez un avis de recherche car il est 10h33 et votre porteur à dû se perdre dans la jungle d’Asnières ». L'abonné sait aussi avoir de l'humour.
« Je vous renvoie la troisième montre que vous m’avez envoyée, elle ne fonctionne pas non plus, à moins qu’il faille mettre une pile mais ce n’est pas précisé » … Certes !

Peace&COIN-COIN
Y-a des périodes rien ne marche ! La poste fait grève ou livre avec deux jours de retard, les porteurs se sont volatilisés dans certaines régions de France… bref vous vous en prenez plein la tête appels sur appels et vous ne savez plus quoi dire.
Un abonné à juste ensoleillé ma fin de journée… Dossier horrifiant, des réclamations à plus savoir quoi en faire, aucun journal depuis une semaine et demi, pas de réponse aux enquêtes de portage. Vous commencez à vous liquidifier derrière votre écran d'ordinateur...ET il commence à me raconter tout ça joyeusement, en essayant, tant bien que mal, de contenir son rire. J'avais un sourire béa, mon casque vissé sur la tête.

Une autre façon de s’introduire, s’il vous plait.
J’ai été surprise la première fois. Il y a peu d’abonnés qui fonctionnent comme ça mais régulièrement ça revient, c’est pas plus mal, en même tant faut bousculer les habitudes hein. Donc il est précisément sept heure douze du matin, deuxième appels de la matinée :
Bienvenue au COIN-COIN que puis-je faire pour vous ? – Bonsoir. Mademoiselle, je voudrais suspendre l’abonnement. Très bien.
Y-a-t-il autre chose que je puisse faire pour vous ? – Nan je vous remercie. Bon jour.

Parfois on rentre dans l’intimité des abonnés…
Un abonné sympathique en ligne, il appelle pour un impayé. Je lui explique qu’on peut le régulariser en ligne s’il me communique son numéro de carte bancaire. Il me dit qu’il est vraiment désolé et dans un soupir qu’il vient de rentrer dans son bain:
– J’ai couru toute la journée et en rentrant j’ai voulu décompresser un peu vous comprenez. Je suis désolé.
–Ah, mais vous n’avez pas à vous justifier monsieur.
On a rigolé et je me suis permis de lui souhaiter un « bon bain ».




Très bon week-end !

A quand une saisine du Conseil Constitutionnel ?

[Si cette loi arrive à passer et que les sages sont consultés ... je promets (à certains; ils se reconnaitront) de me mettre en mode juriste étudiante et de rédiger un post sur sa décision. En espérant qu'on aura pas à attendre une saisine par voie de question préjudicielle pour avoir à en débattre içi, sinon on a le temps! Merci de faire votre travail messieurs et mesdames les parlementaires.
Enfin en espérant surtout qu'elle passe pas du tout cette loi...
]









INTÉGRATION

"Le Conseil d’État a émis un « avis défavorable » au projet de loi du gouvernement visant à interdire complètement le port du voile intégral. Selon nos informations, les Sages réunis en assemblée
mercredi, en présence du secrétaire général du gouvernement, ont une nouvelle fois expliqué, comme dans leur étude remise il y a un mois à Matignon, qu’ « une interdiction absolue et générale du port du voile intégral en tant que telle ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable » et qu’elle serait « exposée à de fortes incertitudes constitutionnelles et conventionnelles » . La Cour européenne des droits de l’homme a consacré le « principe d’autonomie personnelle » selon lequel chacun peut mener sa vie selon ses convictions, y compris en se mettant physiquement ou moralement en danger.

Dès qu’il y a consentement, il devient donc difficile d’invoquer la dignité de la femme pour fonder une interdiction générale, avaient analysé les Sages dans leur étude. De la même façon, la restriction des libertés au nom du « Vivre ensemble » « serait sans précédent » . Un pari juridique qu’ils n’avaient pas voulu prendre, préférant
des interdictions sectorisées. « La sécurité publique et la lutte contre la fraude, renforcées par les exigences propres à certains services publics, seraient de nature à justifier des obligations de maintenir son visage à découvert, soit dans certains lieux, soit pour effectuer certaines démarches », avait alors expliqué le rapporteur, Olivier Schrameck, l’ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin. Cette fois, c’est la section de l’Intérieur qui a examiné le projet de loi, pour parvenir aux mêmes conclusions.
« Ce n’est pas une surprise », fait-on savoir à Matignon. « Cela n’entame en rien la détermination du gouvernement à faire évoluer la législation sur ce sujet. » Le gouvernement va passer outre l’avis du Conseil d’État, qui n’est que consultatif. « Il
faut assumer les risques juridiques de nos convictions », avait anticipé François Fillon.

Dans l’exposé des motifs de son projet de loi, que Le Figaro s’est procuré, le gouvernement justifie ainsi son choix d’une interdiction globale : « L’édiction de mesures ponctuelles, se traduisant par des interdictions partielles limitées à certains lieux ou à l’usage de certains services, n’aurait constitué qu’une réponse affaiblie, indirecte et détournée au vrai problème que pose, à notre société, une telle pratique. » Pour bannir le port du voile intégral, les rédacteurs du texte évoquent la notion de dignité de la personne humaine – quand bien même certaines femmes seraient consentantes –, celle de l’ordre public dans son acception large, celle du vivre ensemble, et enfin les questions de sécurité.
En somme, ils cumulent les motifs pour interdire le voile intégral.


Ce projet de loi sera présenté mercredi en conseil des ministres. Et devrait être examiné début juillet par les députés et début septembre par les sénateurs, l’objectif étant de le voir adopté définitivement à l’automne. Mais si les députés ont voté à l’unanimité mardi la proposition de résolution(*) du groupe UMP condamnant le voile intégral, comme « attentatoire à la dignité » et « contraire aux valeurs de la République » le consensus s’arrête là. Les socialistes ont déposé leur propre proposition de loi qui préconise une interdiction du port du voile intégral limitée à certains lieux publics. « L’interdire sur l’ensemble de l’espace public ne sera pas opérant, risque d’être stigmatisant et surtout d’être totalement inefficace car inappliqué » , a déclaré Martine Aubry.
Si elle est adoptée, la loi devrait entrer en vigueur six mois après sa promulgation, soit au printemps 2011. Car le gouvernement veut croire qu’il n’y aura pas soixante députés pour s’exposer sur la burqa en saisissant le Conseil Constitutionnel. Les premiers contentieux et une éventuelle question préalable de constitutionnalité ne devraient surgir que plus tard. « Ce sera juste avant les élections présidentielles et je pense que le Conseil constitutionnel portera une vision juridique et politique sur ce sujet » , pronostique un ministre. En clair, qu’il ne retoquera pas une loi qui invoque la dignité des femmes et le vivre ensemble.
"

Figaro n°20 460

* NDLR: Seule une résolution a été votée à ce jour donc. Et c'est là qu'on prend son lexique des termes juridiques 16é édition Dalloz (un peu de pub ça fait pas de mal)

"Texte voté par un organe délibérant et qui a trait à son fonctionnement intérieur ou exprime son opinion ou sa volonté sur un point déterminé.
La résolution votée par une assemblée parlementaire se distingue de la loi en ce qu'elle ne comporte pas d'intervention de l'autre assemblée en régime bicaméral et n'est pas soumise à promulgation."


mardi 11 mai 2010

Euroscepticisme...?









Qui veut gagner des millions... de dettes?

"Encore une fois on pare au plus pressé sans s’interroger sur l’avenir. On colmate les brèches, on “rassure” les marchés, mais on ne rassure guère les Européens et on transfère aux générations futures le poids de la dette. Ce qu’on appelle improprement la “crise grecque” vient de mettre un terme, ce 9 mai 2010, à ce qui fut jusqu’à présent l’aventure européenne. Une aventure tissée de petits pas, de traités et de compromis. Ironie de l’Histoire, c’est aussi un 9 mai, soixante ans plus tôt, que Robert Schuman lançait, depuis le Quai d’Orsay, un appel à l’Allemagne pour une mise en commun du charbon et de l’acier, une proposition qui allait peu à peu amorcer le processus communautaire.

Aujourd’hui, il manque à l’Union européenne presque tout : des institutions lisibles, un leadership, des processus un tant soit peu démocratiques et une claire vision de ses intérêts vitaux. Après le charbon, la PAC et l’adhésion des pays de l’est de l’Europe, l’euro devait être le pas le plus important vers l’intégration. La presse européenne ne peut que le cons­tater : c’est un échec complet, et les Européens en paieront longtemps le prix.


Comme le dit Thomas Friedman, le chroniqueur du New York Times, la petite souris est morte et elle ne nous apportera plus une pièce sous l’oreiller dans notre sommeil. Les Européens ont définitivement perdu leurs dents de lait, espérons-le. Cette crise va peut-être les inciter à demander des comptes et à ne plus croire aux vieilles histoires. Un seul exemple : l’économie française. Nous allons vers une contraction de la production intérieure de 3 % en 2010. En fait, l’activité, faute d’innovation et de succès à l’export, est soutenue à bout de bras par la consommation – autrement dit par la seule dépense publique et les transferts sociaux –, qui représente plus du tiers du PIB ! Ces transferts atténuent les effets de la crise et empêchent la misère aujourd’hui, ce qui est bien. Mais ils ne règlent pas la question de l’avenir et de ses montagnes de dettes. Or, jusqu’à dimanche dernier, la seule hypothèse pour l’avenir était la construction européenne…"

Courrier International n°1019

lundi 10 mai 2010

Regard sur Shei Tan

(PrivateJoke: pour ceux qui se sont déjà entendu dire qu'ils avaient le Sheitan en eux....)




"La Mission suprême de l'art consiste à libérer nos regards des terreurs obsédantes de la nuit, à nous guérir des douleurs convulsives que nous causent nos actes volontaires. " Nietzsche



Figer une émotion, exacerber une sensation à la faveur d'une photographie...

Cet autodidacte œuvre tout aussi bien derrière un numérique qu'avec un argentique ou un polaroid entre les mains.
D'intrigants minifilms se trouvent sur le site de Sheitan, Aucune Limite et Under Water m'ont particulièrement marqués.


"Be in the standart / Être dans la norme !!??"







Sheitan définit lui-même la photographie comme un exutoire.
Et on ne peut être que frappé par la puissance dégagée par certains de ses clichés et notamment ceux de la série "In the mouth of madness". Ce sont les plus violents mais ils demeurent pour moi les plus intéressants, mettant en quelque sorte leur auteur à nu.























Par son travail il nous invite à jeter un autre regard sur le genre humain et à aller voir au delà de nos propres frontières. Je retiens tout particulièrement son voyage en Thaïlande qui est frappant d'humanité...